Intel Core i7 et Core i5 LGA 1155 Sandy Bridge

Envoyer Imprimer
Consommation
Une des nouveautés apportés par Sandy Bridge est la possibilité de lire en temps réel la consommation de la puce et de ses différents blocs fonctionnels (cores et IGP). Si Nehalem proposait déjà une telle lecture, il s’agissait d’une estimation donnée à partir de tables en fonction de la fréquence et de la tension. Ici la lecture est basée sur les sondes dont se sert la Power Control Unit pour gérer – entre autre – le nouveau mode Turbo.

Voici les valeurs relevées, via hwinfo32, sur un i7-2600K :


La consommation au repos du GPU est impressionnante, d’autant plus qu’Aero (l’interface graphique accélérée 3D de Windows 7) était activée. A titre de comparaison, une Radeon HD 5450 consomme 14.5 watts en charge et 7 watts au repos. La différence venant en grande partie des puces mémoires et autre composants présents sur la carte graphique.
Overclocking
S’il n’est pas possible de changer les coefficients multiplicateurs des cores CPU sur plateforme H67, on peut tout de même changer librement le coefficient multiplicateur du GPU. A l’image des cœurs CPU sur P67 (ou auparavant sur Nehalem), on ne change pas le coefficient multiplicateur réel du GPU, mais uniquement sa fréquence turbo maximale. Par défaut, le 2600K fonctionne au repos sur le bureau Windows à 850 MHz.

Le GPU peut alors, sous contrôle de la Power Control Unit augmenter sa fréquence dans les limites autorisées par l’unité. Petite nuance cependant, la PCU n’assure pas que la partie GPU ainsi overclockée sera pleinement stable.

Sous FurMark, nous avons réussi à atteindre à la tension d’origine les 1.75 GHz pour la partie GPU. FurMark a en effet la particularité d’avoir une charge nulle sur le processeur, laissant une large marge de TDP disponible. A 1.75 GHz, dans un jeu comme Far Cry 2 on peut apercevoir du throttling de la fréquence du GPU par la Power Control Unit, réduisant jusqu'à 1.55 GHz la fréquence dans le moment le plus complexe de la scène graphique. A cette fréquence cependant la stabilité n’était pas optimale, les applications graphiques quittant parfois alors inopinément.

hwinfo32 est le seul logiciel capable de lire actuellement la fréquence des cœurs graphiques de Sandy Bridge

Une fréquence de 1.65 GHz à la tension d’origine était parfaitement stable dans nos tests. A cette fréquence le throttling était encore présent. Une limite que l’on ne peut malheureusement pas faire disparaitre puisque, même avec un processeur K, ce qu’Intel appelle « Unlocked power » (la capacité de changer les limites de TDP) n’est pas autorisé sur les cartes mères H67. Une bizarrerie de plus de cette segmentation.
Performances 3D
Nous avons mesuré les performances en 3D des nouveaux IGP. Nous les avons comparés à la génération précédente du HD Graphics ainsi qu’aux performances du chipset graphique intégré d’AMD, le 890GX. Pour compléter, nous avons intégré deux cartes graphiques, les Radeon HD 5450 (GDDR3) et Radeon HD 5670 512 Mo. Des cartes que l’on trouve dans le commerce pour respectivement 40 et 90 euros environ.

Dans le cas de la plateforme H55, nous avons simulés les performances du cœur graphique à partir d’un Core i5 661 cadencé respectivement à 900, 733 (Core i5 660) et 533 (Pentium G9650) MHz. Cela nous permet de garder une fréquence processeur constante durant ces tests.

Si nous avons voulu utiliser la même méthode pour les Sandy Bridge, nous avons finalement testé individuellement les processeurs, il nous était en effet impossible de downclocker la fréquence des GPU (pour simuler les 2500/2500K à partir des 2600/2600K). La manipulation bien qu’autorisée dans le BIOS étant sans effet en pratique. Voici les plateformes utilisées, l’OS étant Windows 7 64 bits pour toutes les plateformes :

- Intel Core i5 661, Asus P7H55M, 4 Go DDR3 1333 Crucial
- Intel Core i5 2500/2500K et i7 2600/2600K, Intel DH67GD, 4 Go DDR3 1333 Crucial
- AMD Phenom II X4 “3.6 GHz”, Gigabyte 890GPA-UD3H, 4 Go DDR3 1333 Crucial
Far Cry 2
Pour nos tests de jeux, nous avons utilisé trois niveaux de performances différents :

- 1280 x 720 low
- 1280 x 720 medium
- 1680 x 1050 medium

Dans le cas de Far Cry 2, les modes graphiques utilisés correspondent aux modes low et medium proposées dans le jeu. Ces modes utilisent exclusivement DirectX 9.


L’ambition d’Intel était de doubler les performances de son IGP précédent, c’est le cas quand l’on compare le Core i7 2600K au Core i5 661 dans Far Cry 2. L’augmentation est identique dans les trois modes testées.

La différence de performances entre une version HD 3000 et HD 2000 se situe aux alentours de 33% en 1280 par 720 pour monter à 41% en 1680 par 1050. La charge graphique pour les unités d’exécution (6 supplémentaires sur le HD 3000 des processeurs K pour rappel) augmentant en fonction de la résolution.

Quand a l’écart de fréquence (1350 MHz contre 1100), il varie entre 9 et 15% pour les processeurs équipés d’un HD 3000. La différence est beaucoup plus sensible avec les processeurs équipées d’un HD 2000, 19% dans chaque cas.

Notez que par rapport au GPU intégré d’AMD, le 890GX, un Core i5 2500 (HD 2000, 1100 MHz) fait systématiquement mieux. AMD a perdu plusieurs occasions de mettre à jour le cœur graphique utilisé par ses chipsets et cela se ressent. Du côté des cartes graphiques, notre entrée de gamme à 40 euros est devancée légèrement par le 2600K. La Radeon HD 5670, pourtant modeste à de nombreux égard, remet cependant tout le monde à sa place !
Crysis Warhead
A l’image de ce que nous avions fait pour notre test des solutions graphiques à moins de 100 euros, nous avons retenu les modes « mainstream » et « gamer » pour nos modes low et medium.


Crysis Warhead reste un calvaire pour nos IGP. Les gains atteints par le HD 3000 par rapport au HD Graphics d’ancienne génération sont les plus elevés ici, jusque 2.7x dans le mode graphique le plus simple.

Le passage de 1.1 à 1.35 GHz apporte 20% de performances en plus dans tous les cas ici, preuve si l’on en doutait que l’on est limité par les unités d’exécution. Le reste des constatations effectuées sous Far Cry 2 restent vrai sous Crysis (positionnement relatif à la concurrence). La correction qu’inflige la HD 5670 au reste des modèles nous permet de relativiser la puissance de ces solutions graphiques d’entrée de gamme.
Vos réactions

Top articles