Intel Core i7 et Core i5 LGA 1155 Sandy Bridge

Envoyer Imprimer
Conclusion
Avec ces nouveaux Core i7 et Core i5 basés sur l’architecture Sandy Bridge, Intel nous propose les processeurs quatre cœurs qui sont à la fois les plus performants et les moins énergivores.

C’est bien entendu la combinaison de la nouvelle architecture Sandy Bridge, plus efficace à fréquence égale que Nehalem tout en offrant une plage de fonctionnement plus élevée en termes de fréquence, avec une gravure en 32nm qu’Intel reste le seul à maitriser chez les fabricants de CPU x86 qui permet aux CPU Sandy Bridge de réaliser ce tour de force.


Déjà confiné à un marché de niche du fait de prix prohibitifs, les six cœurs LGA 1366, perdent une grande partie de leur intérêt avec cette sortie. Bien sûr, dès lors qu’ils sont utilisés à leur plein potentiel ils sont toujours les plus rapides, mais le Core i7-2600 s’en approche pour un coût bien moindre.

Les Phenom II X6 sont également mis à mal par cette nouvelle gamme Intel si bien que le Phenom II X6 1100T, fer de lance de la gamme AMD, n’est en moyenne qu’au niveau d’un i5-2300, soit le plus petit des quatre cœurs Sandy Bridge ! Il parvient toutefois à battre un i5-2500 dans 4 cas sur 12, mais n’est jamais devant le l’i7-2600K, tout en ayant moins de marge en overclocking et en consommant plus.

Intel a par ailleurs profité de Sandy Bridge pour étendre sa stratégie d’intégration d’un cœur graphique au sein de ces CPU. Ce dernier est désormais présent au sein du même die, et le nouveau HD Graphics offre des performances qui sont jusqu’à doublées par rapport à la génération précédente, désormais du niveau d’une carte graphique de type Radeon HD 5450 pour la version la plus rapide. C’est bien entendu insuffisant pour jouer, mais cela permet de se passer d’un GPU dans les autres cas, y compris pour un HTPC.


On regrettera par contre la segmentation à outrance d’Intel qui entraine certaines incohérences, comme la présence du HD Graphics 3000 uniquement sur les modèles K, soit les plus chers, alors même que la plate-forme H67 ne permet pas l’overcloking. Aussi bon soit-il, un IGP reste un IGP et vouloir faire payer la "meilleure" version au prix fort n’a que peu de sens.

Deux autres points viennent entacher les excellents résultats de ces processeurs. Tout d’abord, la nécessité de passer au niveau Socket, le LGA 1155, et donc la mort d’un LGA 1156 pourtant pas si vieux, met à mal une notion d’évolutivité qui nous tiens à cœur. Espérons qu’il ne s’agit là que d’une (nouvelle…) erreur de parcours d’Intel dans ce domaine.

La prise de contrôle d’Intel sur la marge d’overclocking des Sandy Bridge est également une mauvaise nouvelle. Certes, Intel fait pour le moment assez bon usage de ce contrôle, en laissant une petite marge de manœuvre de 500 MHz par rapport à la fréquence de base sur les modèles standard et en permettant d’acquérir à des tarifs raisonnables des modèles K débloqués, mais rien ne dit que cette situation perdurera à terme.

Ces quelques couacs ne remettent toutefois pas en cause l’excellence de ses nouveaux Core i7 et Core i5 qui à défaut d’être parfaits sont sans aucun doute possible les processeurs moyen et haut de gamme offrant le meilleur rapport performance / consommation / prix à l’heure actuelle.
Cher Bulldozer, Sandy Bridge vous attends le pied ferme !
Vos réactions

Top articles