Jouer sur une TV 3D, Nvidia 3DTV Play et AMD/Tridef 3D

Publié le 19/11/2010 par
Envoyer Imprimer


Si le 22 octobre dernier a été marqué avant tout par le lancement des Radeon HD 6850 et 6870, deux autres annonces ont eu lieu ce jour avec un thème commun : le jeu PC en 3D stéréoscopique.



Pour AMD c’était avant tout le coup d’envoi officiel de sa stratégie - qui porte désormais un nom – HD3D. Jusqu’ici le constructeur avait simplement annoncé, en mars dernier, l’arrivée du support du quad-buffering dans ses pilotes, un pré requis à la stéréoscopie. Pour rappel le quad-buffering est le pendant du double buffering classique, avec la différence évidente qu’il y a désormais le double de buffers, deux pour chaque œil. Du côté du pilote graphique, ces buffers sont synchronisés afin de pouvoir envoyer vers l’écran, en simultanée, les deux images générées pour chacun des yeux (en notant précisément quelle image est dédiée à quel œil). Le lancement des Radeon HD 6800 aura permis à AMD de mettre en avant divers partenaires autour de ce qu’ils estiment être un écosystème ouvert : fabricants de téléviseurs 3D, de lunettes polarisantes ou de middleware s’occupant de transformer les jeux existants à la stéréoscopie.

Du côté de Nvidia, l’approche a été différente. Début 2009, le constructeur a voulu créer son propre écosystème sur PC. La firme qui disposait jusqu’ici d’un pilote stéréo (support du quad buffering, hérité principalement de kits de lunettes vendues avec certaines GeForce au début des années 2000 et compatibles avec les écrans CRT) a relancé entièrement sa technologie en proposant lui-même des lunettes 3D, à obturation et sans fil, compatible avec des écrans LCD 120 Hz (utilisant une connectique Dual-DVI pour arriver à ce taux de rafraichissement) spécifiques proposés par des partenaires comme Samsung ou Viewsonic. En ce qui concerne le support des jeux, le pilote 3D Vision aura été proposé comme un téléchargement séparé, mais s’intégrant directement dans le panneau de contrôle de Nvidia. Il est désormais inclus dans la distribution des pilotes du constructeur.

Particularité du jeu vidéo PC, la stéréoscopie s’est créé en 2010 un nouvel écosystème. Dans la foulée de la sortie cinéma d’Avatar, on aura vu une poussée forte de l’industrie des téléviseurs autour d’une nouvelle norme HDMI compatible avec la stéréoscopie (le HDMI 1.4a, une évolution « logicielle » de la norme 1.3, seul le protocole change), d’un standard ratifié pour les BluRay 3D, accompagné d’un nouveau codec, le MVC (version améliorée de l’AVC [H.264] compressant la seconde image apportée par la stéréoscopie tout en restant rétrocompatibles avec les lecteurs 2D) et bien entendu, de nouveaux téléviseurs compatibles. Annoncés au CES 2010, ces écrans sont aujourd’hui largement disponibles sur le marché, avec qui plus est un contenu stéréoscopique restreint (pas vraiment de chaines TV en dehors de signaux de test, peu de disques BluRay 3D disponibles, et une poignée de jeu compatibles sur Playstation 3).


Nous avons réalisés nos tests sur l’écran plasma VT20 de Panasonic.


Le marché des téléviseurs 3D présente donc des opportunités aux acteurs du monde PC, et c’est dans ce sens que Nvidia aura annoncé le 22 octobre dernier 3DTV Play, la mise à disposition de son middleware permettant le jeu stéréoscopique, compatible avec les téléviseurs 3D. Nous avons profité de l’occasion pour le comparer à la nouvelle solution proposée par AMD, avec d’un côté son pilote et de l’autre le middleware le plus abouti et mis en avant par AMD : Tridef 3D de la société DDD.
Vos réactions

Top articles