Nvidia GeForce GTX 580 & SLI

Publié le 09/11/2010 (Mise à jour le 25/11/2010) par
Envoyer Imprimer
Le GF110
Etant donné que le GF110 est une nouvelle révision du GF100 il en reprend logiquement l’organisation interne. Ce GPU est donc composé de 4 structures principales, les GPCs qui englobent chacun 4 SMs, les blocs d’unités d’exécution. Chacun de ces SMs dispose de 32 unités de calcul (les « cores » en termes plus commerciaux) et de 4 unités de texturing. Tout ce petit monde est rattaché à 6 contrôleurs mémoire de 64 bits qui incluent chacun 8 ROPs, chargés d’écrire les pixels en mémoire, et 128 Ko de cache L2. Nous obtenons donc au total 512 unités de calcul, 64 unités de texturing, un bus mémoire de 384 bits, 48 ROPs et 768 Ko de cache L2. Le tout pour un die énorme de 3 milliards de transistors.

Si le support du calcul en double précision est toujours présent dans ce GF110, il n’est pas actif sur les dérivés GeForce, étant réservé au monde professionnel. Pour plus de détails sur l’architecture du GF110, nos analyses liées à celle du GF100 restent donc d’actualité.


L’organisation interne du GF110 est identique à celle du GF100.

Qu’est-ce qui a donc changé entre le GF110 et le GF100 ? Peu de choses au final, les principales résultant d’un fignolage du design qui permet de produire plus facilement le GPU, de monter légèrement plus haut en fréquence et de consommer moins, à spécifications équivalentes, grâce à une réduction des courants de fuite. Pour cela, Nvidia précise avoir réévalué chaque bloc du GPU pour remplacer, partout où cela était possible, les transistors haute performance par des transistors plus économes.

Quelques petits correctifs ont également été apportés. Ainsi, les unités de texturing sont maintenant capables de filtrer les textures FP16 (et donc FP10/11 et RGB9E5) à pleine vitesse alors que sur le GF100 A3 elles devaient se contenter d’un débit réduit de moitié. Etant donné que cette révision du GPU disposait déjà de datapaths adaptés à ces textures, soit ce qui est le plus coûteux à mettre en place, nous supposons que ce filtrage à pleine vitesse était bel et bien prévu mais n’a pas fonctionné pour une raison qui nous est inconnue. Plus qu’un ajout au GPU, il s’agit donc plutôt d’un correctif.

Nvidia indique également avoir ajouté le support de formats de tiles supplémentaires pour maximiser l’efficacité du culling, l’élimination des surfaces cachées, dans un maximum de situations.

Le moteur vidéo et le contrôleur audio n’ont par contre pas évolué. Contrairement aux petites GeForce 400, et comme la GeForce GTX 480, la GeForce GTX 580 et d'éventuels autres modèles basés sur le GF110 ne supporteront donc pas le bitstreaming des formats audio HD.


Spécifications

La GeForce GTX 580 profite de l’utilisation d’un GPU complet, sans unités désactivées, et de fréquences revues à la hausse pour afficher une puissance de calcul et de texturing ainsi que des débits de triangles et de pixels en hausse de 18% par rapport à la GeForce GTX 480. La bande passante mémoire évolue par contre plus modestement avec un gain de 8%.
Vos réactions

Top articles