IDF 2010 : Atom et Sandy Bridge à l'honneur

Publié le 05/10/2010 par
Envoyer Imprimer
Atom : de nouveaux SoCs
Si nous n’en avons pas appris plus sur les futures Atom Saltwell de la génération 32nm, Intel a annoncé de nouvelles déclinaisons de son architecture actuelle, Bonnell, fabriquée en 45nm. Alors qu’au départ l’Atom a été utilisé par Intel pour proposer des PCs bon marché, les netbooks et autres nettops, il est voué à prendre de plus en plus d’importance et à s’attaquer à d’autres marchés. Pour cela, Intel a annoncé de nouvelle déclinaisons de type SoC (Systen on Chip), illustrant au passage sa stratégie de fournisseur de solution.



Atom CE4200
L’Atom CE4200 va succéder à l’actuel Atom CE4100. Ces Atom CE, pour Consumer Electronics, sont destinés à être intégrés dans les TV et autres box multimédias.


L’Atom CE4200, connu sous le nom de code Groveland, conserve le même cœur d’exécution que son prédécesseur, à savoir un Atom 45nm cadencé à 1.2 GHz. C’est donc autour de celui-ci que prennent place diverses petites améliorations. Son core graphique PowerVR reste similaire mais il dispose d’un moteur d’encodage plus avancé et est capable de prendre en charge jusqu’à 8 flux vidéo HD contre 2 pour le CE4100. Intel annonce par ailleurs avoir amélioré la gestion de la consommation, sans en dire plus cependant. Les designs basés sur le CE4100 devraient pouvoir migrer relativement facilement vers le CE4200.


Atom E600
L’Atom E600, précédemment connu sous le nom de code Tunnel Creek, est une variante polyvalente du cœur Atom dédiée à l’embarqué. Pour pouvoir s’associer facilement à différent types de composants compagnons, Intel a abandonné les bus FSB et DMI au profit d’un bus PCI Express 1x standard. Ainsi, si Intel propose son southbridge EG207 dédié à l’Atom E600, STMicroelectronics, Realtek et OKI Semiconductor sont également sur le coup. D’autres composants compatibles devraient par ailleurs arriver assez vite compte tenu de la multitude d’utilisations possibles pour cet Atom.


L’Atom E600 est disponible aux fréquences de 0.6, 1.0, 1.3 et 1.6 GHz ainsi qu’en versions commerciales et industrielles, ces dernières garantissant un bon fonctionnement avec des températures plus extrêmes, de -40 à 85 °C.



Atom Stellarton
Prévu pour la seconde moitié de 2011, l’Atom Stellerton est un Atom E600 plutôt spécial puisqu’il intègre, dans son packaging, un module FPGA d’Altera. Ce module programmable permettra en quelque sorte, dans un packaging minimaliste, d’associer l’Atom E600 à un composant compagnon personnalisé sans devoir concevoir ce dernier. Une solution qui prend tout son intérêt lorsque les volumes sont faibles.



Reste qu’Intel n’a donné aucun détail sur le type de module FPGA utilisé, et donc sur ses capacités. Il en va de même pour le prix qui reste inconnu mais devrait être nettement moins minimaliste que le core Atom !


Atom Z600
Début 2011, Intel proposera une variante de l’Atom Z600 : Oak Trail. La version actuelle, Moorestown, ne supporte pas Windows 7, notamment à cause de l’absence totale du PCI dans le composant, contrairement à Oak Trail qui permettra donc de mettre au point des tablettes en x86 sous Windows 7.


Ces Atoms Z600 sont également prévus pour les smartphones, mais Intel peine à imposer sa solution dans ce secteur qui préfère les solutions basées sur les cores ARM. Un secteur que le géant du x86 semble avoir délaissé volontairement, du moins temporairement, en se séparant de sa division XScale bien avant que l’Atom ne soit prêt à le remplacer et ce sans utiliser agressivement ses nouveaux procédés de fabrication pour y attaquer la concurrence.


Avec Oak Trail, Intel espère voir enfin arriver de nombreux périphériques x86 ultraportables.
Vos réactions

Top articles