LCD 24'' : Iiyama B2403WS, Samsung 245T

Publié le 16/08/2007 par
Envoyer Imprimer
24 pouces : les nouvelles stars
Comme expliqué récemment, nous sommes persuadés que les 24 pouces prendront progressivement d'ici un an le pouvoir sur les 22 pouces. Le Samsung 245B oeuvrait déjà dans ce sens. Les nouveaux Iiyama Prolite B2403WS et Samsung SyncMaster 245T vont encore accélérer les choses. Pour notre plus grand plaisir, ça bouge en techno et en prix dans le LCD !

Au gauche : Samsung 245T ; à droite : Iiyama B2403WS ; 1920 x 1200 pixels.
Au centre : Samsung 226BW, 22 pouces ; 1680 x 1050 pixels.

Iiyama Prolite B2403WS : 499 euros, dalle TN 3 ms, pied ajustable en hauteur, rotatif, mode pivot, design sobre mais assez élégant, HDMI avec HDCP.

Samsung SyncMaster 245T : première dalle PVA wide gamut avec technologie MPA, un balayage artificiel concurrent de la solution BenQ. En prime : de multiples entrées vidéo dont du HDMI et de l'YUV, un hub USB 4 ports, là aussi un pied ajustable en hauteur, rotatif, avec mode pivot.

Nous avons donc les deux extrêmes d'un coup, deux moniteurs qui pour nous représentent complètement ce à quoi les moniteurs de demain ressembleront. D'un côté Iiyama propose un produit ultra attractif, complètement dans l'air du temps, complet, doué, à un prix très raisonnable. Sachez en plus que ce moniteur est pré-calibré en usine – pas la peine de toucher à ses couleurs, les siennes sont justes.

De l'autre, le 245T avance sur des voies très intéressantes à explorer. Son wide gamut devrait en principe séduire aussi bien les amateurs de films que les professionnels de l'image équipés de réflex capables de sortir du simple gamut sRGB. Avec lui au moins, ils verront à l'écran l'ensemble des couleurs capturées, et amenées à être imprimées.
Les tests
Sont lancés des tests de réactivité dans les jeux, de retard à l’affichage, de rendu vidéo (en SD, HD 720p, HD 1080p), une évaluation de l’ergonomie, de l’ouverture des angles de vision, de la qualité de l’interpolation, de l'homogénéité de la luminosité sur la surface de la dalle ; bref, les écrans sont regardés sous toutes les coutures.

Pour la fidélité des couleurs, nous utilisons le colorimètre LaCie Blue Eye Pro nouvelle version, dérivé d’un outil Gretag et couplé à la nouvelle suite LaCie. Cet outil nous permet d’opposer la qualité d’affichage de l’écran (gamut et DeltaE) avec ses paramètres par défaut, tel que vous le recevez, avec les mesures après calibration. Les résultats sont parfois surprenants : vous aurez souvent intérêt à bien prendre le temps de corriger manuellement les couleurs, ou tout au moins les paramètres de contraste, luminosité et température de couleur.
L’étude de ces rendus sur 18 patchs nous permettent également d’en tirer des mires restituant visuellement les variations de couleurs sur une mire de gris idéale vs affiché.

Plutôt qu’une solution de mesure du temps à l’oscilloscope, nous photographions les écrans en plein travail. Nous capturons ainsi la rémanence. Le logiciel utilisé est Pixel Persistence Analyzer (PixPerAn pour les intimes). Les images témoins de la rémanence sont capturées au réflex Canon 350D avec un temps de pose de 1/1000 s. Nous réalisons à chaque fois une cinquantaine de photos en rafale pour chaque test pour connaître précisément l’évolution de la rémanence entre deux images. Soit dit en passant, nous n’avons pas abandonné nos tests pratiques pour autant : jeux, vidéo DVD et HD, surf...
Enfin, nous mesurons le retard à l’affichage des écrans en les opposant à un moniteur à tube.

La machine de tests est un PC assemblé maison autour d’un processeur AMD Athlon 64 3500+ et d’une carte graphique NVIDIA GeForce 7900 GTX.
Vos réactions

Top articles