Samsung 245B : 1er 24'' TN, vs 24'' PVA, MVA...

Publié le 19/07/2007 par
Envoyer Imprimer
Angles de vision
Nous photographions les écrans de chaque côté avec un angle de 50°. On se rend compte que les annonces d'angles de vision dans les caractéristiques sont parfois largement surévaluées.

Trois technologies au choix : TN, MVA et PVA, les deux dernières étant soeurs quasi jumelles. Pour comparaison, nous avons ajouté la troisième en page, l'IPS du Dell 3007WFP HC. Si vous avez l'habitude des comparatifs LCD chez nous, vous ne serez pas surpris par le résultat, tout à fait conforme à la normale.

A propos des angles de vision latéraux d'abord. L'écran IPS est, de loin, le plus doué. Si ce critère prime pour vous, cette technologie est celle qu'il vous faut. Le deuxième écran le plus doué derrière est le... 245B, soit l'écran TN. Il y a longtemps (enfin, plus de deux ans), les TN étaient assez catastrophiques de tous les côtés. Maintenant, en latéral ils sont assez doués pour autoriser un lecture confortable à plusieurs, même avec certains pas parfaitement face à l'écran. Puis viennent les PVA et les MVA, à égalité. Au delà de 40° sur les côtés, on perçoit une perte de contraste, mais elle reste modérée. En fait, les problème n'arrivent vraiment que quand on prend de la hauteur sur les écrans, ou quand on les voit d'en dessous.

Angle de vision vertical : l'écran IPS propose toujours une image quasi parfaite à 50° d'angle, et même au delà. C'est nettement moins plaisant sur les autres technologies. Les écrans PVA viennent derrière l'IPS avec une perte de contraste sensible assez vite. L'image reste visible, mais elle perd de son éclat. Le blanc est moins lumineux, le noir grisaille. L'image perd du relief. Même constat, encore plus rapide sur les dalles MVA. Enfin, le pire arrive avec l'écran TN. Vue de haut l'image perd tout son contraste, et d'en bas elle vire au noir. Ça complique nettement les choses quand on souhaite utiliser un tel écran en téléviseur. Suivant la taille des spectateurs, il faudra peut-être régler l'inclinaison du moniteur.



TN 5 ms : Samsung SyncMaster 245B


PVA 6 ms : Acer AL2416W


PVA 6 ms : Dell 2407WFP rev.4


MVA 8 ms : LG L245WP-BN


MVA 8 ms : ViewSonic VX2435wm


IPS 6 ms : Dell 3007WFP HC

A noter en plus un point masqué lors des tests pour ne pas pénaliser l'écran : le LG L245-BN dispose d'une dalle un peu brillante. Le résultat n'est pas aussi fort que sur les notebooks glossy, mais il faudra tout de même prendre garde aux lumières ambiantes dans la pièce, sous peine sinon de les voir dans l'écran et d'encre réduire sa visibilité.
Rendu dans les films

Tous les écrans 24 pouces sont ce qu'on appelle Full HD, c'est à dire capable de diffuser des films en 1920 x 1080 pixels. Le rêve, l'assurance d'une qualité parfaite ? Pas vraiment hélas. Très précis, ces écrans affichent les films tels qu'ils sont : bourrés de défauts de compression, quelque soit le format. Ils les accentuent même. A cela s'ajoute un second souci : les couleurs affichables par ces écrans sont moins nombreuses que celles des films. Il s'en suit une dégradation supplémentaire de l'image, avec des zones d'aplat là où l'on devrait trouver des dégradés parfaits. Il existe pourtant des solutions : la première serait que les constructeurs ajoutent un circuit de correction des défauts de compression dans les écrans, comme ils le font dans les téléviseurs. Le second serait qu'ils remplacent les backlights standards des LCD par de nouveaux, dits wide gamut, qu'on commence à trouver dans certains rares écrans : le Dell 3007WFP HC, le Samsung SyncMaster 226CW... Sur ces écrans, le gain est évident : les dégradés sont bien plus beaux, bien mieux respectés.

En l'absence de circuits de correction, il existe toutefois une solution, du moins si vous êtes équipés d'une carte récente ATI ou NVIDIA. Leurs drivers émulent cette correction, avec plus ou moins de bonheur, comme nous l'avions décrit dans notre article ATI et NVIDIA corrigent le fourmillement des LCD dans les films .

Retour à nos écrans, lequel est le meilleur ? Aucun. Égalité stricte entre chacun, aux soucis d'angles de vision près. Tous fourmillent, tous accentuent les défauts de compression (surtout sur les séquences SD), tous marquent des aplats là où l'on devrait trouver des dégradés. Du moins, quand on a un PC en source. Avec une platine HD, c'est mieux : elle dispose des circuits de correction d'image.
Résultat : pour profiter des séquences, et du Full HD en particulier, reculez !
Vos réactions

Top articles