Les cartes graphiques AGP en 2007

Publié le 06/04/2007 par
Envoyer Imprimer


Bien que la majorité des cartes graphiques soient aujourd'hui au format PCI Express, quelques modèles existent toujours en AGP, proposés par AMD/ATI ou Nvidia ou par un partenaire qui a pris l'initiative de lancer une version AGP d'une carte récente. Nous avons décidé de rassembler les solutions AGP récentes et de les comparer à quelques références de manière à permettre aux personnes intéressées par une ultime mise à jour de leur système AGP de faire leur choix.


Mettre à jour un système AGP
Est-ce intéressant ? Ne vaut-il pas mieux changer toute la plateforme pour passer au PCI Express. Dans la majorité des cas cette seconde option est probablement préférable, mais si vous disposez d'une des dernières plateformes AGP équipées d'un CPU qui est encore au goût du jour, une mise à jour de la carte graphique peut encore s'envisager.

Pour rappel, avant de mettre à jour une carte graphique il est utile de vérifier si le reste du système suit dans les jeux qui vous intéressent. Pour ce faire il suffit en général de baisser la résolution au minimum proposé et vérifier que le jeu soit fluide. Cela permet en général de savoir si le CPU est suffisamment performant de manière à ne pas acheter inutilement une carte graphique qui n'apporterait rien en termes de performances.

On notera toutefois que cette méthode ne fonctionne pas avec les quelques jeux qui sont fortement limités par la puissance géométrique, tels que Supreme Commander ou même Oblivion : dans une basse résolution la limitation pourra alors toujours se situer au niveau de la carte graphique.


AGP et PCI Express : rappel
Introduit en 1997, l'AGP a subit plusieurs évolutions en passant de la norme 1.0 à la norme 3.0/3.5. Le débit de l'interface a augmenté au fil de ces évolutions pour passer du 2x au 8x supportés par toutes les cartes graphiques dont nous allons parler et qui autorise un débit de 2.1 Go/s. Ce bus de 32 bits de large est basé sur le bus PCI dont la structure est vieillissante ce qui est la raison principale de son remplacement. L'envoi et la réception de données doivent se partager ces 2.1 Go/s. Par ailleurs le transfert de la carte graphique vers le reste du système est peu performant contrairement à l'autre sens qui est ceci dit le plus utile.

AGP en bas, PCI Express x16 en haut
Le connecteur PCI Express en haut, le connecteur AGP en bas.

Le PCI Express permet de simplifier le tout en passant à un bus point-to-point plus moderne. On parle cette fois de lignes PCI Express pour parler de la largeur du bus. Chacune de ces lignes offre un débit de 250 Mo/s dans chaque direction. En version 16x, le PCI express offre donc 4 Go/s dans chaque sens à comparer aux 2.1 Go/s en tout pour l'AGP 8x. Par ailleurs l'adressage de la mémoire centrale est simplifié et géré par le GPU au lieu d'un GART (Graphic Addressing Remapping Table) dont le driver a été souvent une cause de soucis.

Les cartes graphiques AGP récentes sont à la norme 3.0/3.5 et ne sont plus compatibles avec les anciens slots AGP 3.3v. Elles requièrent un slot 1.5v, supporté en théorie par toutes les cartes-mères qui vont faire l'objet d'une mise à jour éventuelle, mais par sécurité, mieux vaut vérifier que le port de votre carte-mère est à la norme 1.5v ou est universel. Le schéma ci cntre illustre les différentes versions. Pour rappel, l'AGP Pro dispose d'un connecteur étendu qui offre une alimentation supplémentaire, mais il n'a jamais été utilisé par les cartes grand public. Celles-ci peuvent cependant prendre place dans un tel slot.


Pont AGP/PCIe
Les GPUs ne peuvent pas prendre en charge à la fois le PCI Express et l'AGP. Tant Nvidia qu'ATI/AMD ont donc développé une puce qui fait office de pont entre les 2 bus. Ces ponts, appelés HSI chez Nvidia et Rialto chez ATI transforment donc un signal PCI Express en signal AGP et vice versa. N'importe quel GPU peut donc supporter les 2 bus, tout du moins en théorie. En pratique une incompatibilité reste possible et un support au niveau des drivers peut être requis, ce qui peut limiter la liberté des partenaires de prendre l'initiative de lancer des modèles AGP qui n'existent pas officiellement chez Nvidia ou AMD.


Le pont HSI de Nvidia et le pont Rialto d'ATI.

Vos réactions

Top articles