Les nouveaux 30 pouces : Dell et Samsung

Publié le 13/03/2007 par
Envoyer Imprimer
Les nouveaux 30 pouces
Un an s'est écoulé depuis notre premier test d'écran 30 pouces. Si à l'époque nous savions qu'un tel moniteur s'adressait à une frange de la population, depuis les moeurs ont un peu évolué. La course est "toujours plus grand" va de plus belle. Has been les 19 pouces, ils ont été trucidés par les 20 pouces au même prix, eux-mêmes écrasés par des 22 pouces passés sous la barre des 300 euros. Pourquoi se contenter de plus petit finalement ? Au dessus les 23 et 24 pouces sont menacés d'extinction imminente avec l'arrivée des 26 et 27 pouces au même prix. Le problème de ces derniers : ils sont toujours équipés de dalles full HD, 1920 x 1200. Ca fait de gros pitchs, jusqu'à 0,303 mm sur les 27 pouces. Or certains veulent plus grand non pas pour lire plus gros, mais pour afficher plus : plus de textes, de colonnes dans un tableur, de palettes graphiques, de jeux...


A gauche le Samsung 305T, à droite le Dell 3007WFP-HC.
Au centre : le 22 pouces Samsung SyncMaster 226BW


Justement, sur les 30 pouces on passe à des dalles en 2560 x 1600 pixels. Un seul écran de cette diagonale équivaut presque à un système bi-écran en 24 pouces (le rapport entre les deux est de 1,8). Pour l'anecdote, il vaut sinon trois 19 pouces, et cinq 15 pouces LCD.

Outre cette histoire de définition, on peut aussi se tourner vers les 30 pouces avec l'idée d'en faire des combinés écran / téléviseur. On relie une box ADSL, en direct ou via l'ordinateur, et le tour est joué. Pour peu qu'on ajoute en plus l'un des premiers lecteur/graveur Blu-Ray, ou le lecteur HD-DVD de la Xbox 360, que la carte graphique soit HDCP compatible et que vous disposiez de la bonne version du logiciel de lecture, en avant pour le cinéma grand écran ! Un tel usage mixte vient en tout cas atténuer la douleur au moment de passer en caisse. Car les 30 pouces restent quand même chers : 1500 euros environ. Surtout comparés au prix des téléviseurs 32 pouces – couramment disponibles maintenant à moins de 800 euros. Mais leur définition est moindre. En général les dalles TV disposent de 1366 x 768 pixels. Pour un usage bureautique, c'est un peu faible. On est cette fois sur un pitch de 0,51 mm !

Une bonne image vaut mieux souvent qu'un long discours. Nous parlons de pitchs, cela peut manquer de concret. Dans la pratique, voici ce qu'un texte en police Arial 18 sous Photoshop rend sur un 30 pouces, et sur les autres écrans (ou téléviseur pour le 32") :

Les modèles en lice : résumé
Voila un duel comme on les aime, avec deux concurrents aux différences bien marquées.

D'un côté, Dell dispose depuis déjà un an d'un trente pouces. Ce nouveau 3007WFP-HC remplace le premier 3007WFP. La dalle reste de type IPS (elle est fabriquée par LG-Philips), son temps de réponse accélère un peu mais on passe surtout sur des backlights nouvelle génération, pour bénéficier d'un gamut étendu.

Samsung emploie pour sa part la première dalle 30 pouces de type PVA, issue donc de leurs usines puisque seul Samsung produit cette technologie. Son temps de réponse est dit un peu plus rapide que celui de l'écran Dell : on a toutefois pris l'habitude de nous méfier de ce genre d'annonces.
Les tests
Sont lancés des tests de réactivité dans les jeux, de retard à l’affichage, de rendu vidéo (en SD, HD 720p, HD 1080p), une évaluation de l’ergonomie, de l’ouverture des angles de vision, de la qualité de l’interpolation, de l'homogénéité de la luminosité sur la surface de la dalle ; bref, les écrans sont regardés sous toutes les coutures.

Pour la fidélité des couleurs, nous utilisons le colorimètre LaCie Blue Eye Pro nouvelle version, dérivé d’un outil Gretag et couplé à la nouvelle suite LaCie. Cet outil nous permet d’opposer la qualité d’affichage de l’écran (gamut et DeltaE) avec ses paramètres par défaut, tel que vous le recevez, avec les mesures après calibration. Les résultats sont parfois surprenants : vous aurez souvent intérêt à bien prendre le temps de corriger manuellement les couleurs, ou tout au moins les paramètres de contraste, luminosité et température de couleur.
L’étude de ces rendus sur 18 patchs nous permettent également d’en tirer des mires restituant visuellement les variations de couleurs sur une mire de gris idéale vs affiché.

Plutôt qu’une solution de mesure du temps à l’oscilloscope, nous photographions les écrans en plein travail. Nous capturons ainsi la rémanence. Le logiciel utilisé est Pixel Persistence Analyzer (PixPerAn pour les intimes). Les images témoins de la rémanence sont capturées au réflex Canon 350D avec un temps de pose de 1/1000 s. Nous réalisons à chaque fois une cinquantaine de photos en rafale pour chaque test pour connaître précisément l’évolution de la rémanence entre deux images. Soit dit en passant, nous n’avons pas abandonné nos tests pratiques pour autant : jeux, vidéo DVD et HD, surf...
Enfin, nous mesurons le retard à l’affichage des écrans en les opposant à un moniteur à tube.

La machine de tests est un PC assemblé maison autour d’un processeur AMD Athlon 64 3500+ et d’une carte graphique NVIDIA GeForce 7900 GTX.
Vos réactions

Top articles